¬ę Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie √©ternelle ¬Ľ Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le samedi de la 5e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Saint Ambroise (v. 340-397), √©v√™que de Milan et docteur de l'√Čglise
Commentaire sur l'évangile de Luc, VI, 73-88 (trad. SC 45, p. 254s rev.)

¬ę Si je les renvoie chez eux √† jeun, ils vont d√©faillir en route ¬Ľ

      Seigneur J√©sus, je sais bien que tu ne veux pas laisser √† jeun ces gens ici avec moi, mais les nourrir des aliments que tu distribues ; ainsi, fortifi√©s par ta nourriture, ils n'auront pas √† redouter de d√©faillir de faim. Je sais bien que nous aussi tu ne veux pas nous renvoyer √† jeun... Tu l'as dit : tu ne veux pas qu'ils d√©faillent en chemin, c'est-√†-dire qu'ils d√©faillent dans le parcours de cette vie, avant de parvenir au terme de la route, avant de parvenir au P√®re et de comprendre que tu viens du P√®re...

      Le Seigneur a donc piti√©, pour que nul ne d√©faille en chemin... Comme il fait pleuvoir sur les justes autant que sur les injustes (Mt 5,45), il nourrit aussi bien les justes que les injustes. N'est-ce pas gr√Ęce √† la force de la nourriture que le saint proph√®te √Člie, d√©faillant en chemin, a pu marcher quarante jours ? (1R 19,8) Cette nourriture, c'est un ange qui la lui a donn√©e ; mais vous, c'est le Christ lui-m√™me qui vous nourrit. Si vous conservez la nourriture ainsi re√ßue, vous marcherez non pas quarante jours et quarante nuits..., mais pendant quarante ans, depuis votre sortie des confins de l'√Čgypte jusqu'√† votre arriv√©e dans la terre d'abondance, dans la terre o√Ļ coulent le lait et le miel (Ex 3,8)...

      Le Christ partage donc les vivres, et il veut, sans aucun doute, donner √† tous. Il ne refuse √† personne, car il fournit tous. Cependant, quand il rompt les pains et qu'il les donne aux disciples, si vous ne tendez pas les mains pour recevoir votre nourriture, vous d√©faillirez en chemin... Ce pain que rompt J√©sus, c'est le myst√®re de la parole de Dieu : lorsqu'elle est distribu√©e, elle augmente. √Ä partir de quelques paroles seulement, J√©sus a fourni √† tous les peuples un aliment surabondant. Il nous a donn√© ses discours comme des pains, et tandis que nous les go√Ľtons, ils se multiplient encore dans notre bouche... Alors que les foules mangent, les morceaux augmentent encore, en se multipliant, si bien que les restes, √† la fin, sont encore plus abondants que les quelques pains partag√©s.



 
©Evangelizo.org 2001-2018